Les objets connectés

Les objets  connectés voici une expression qui prend de plus en plus de place dans notre quotidien!

Aujourd’hui, les progrès en technologies mobiles ont permis un essor considérable des Smartphones

mais ont aussi permis de développer les objets connectés.

objets-connectes

Un objet connecté est généralement un petit système embarqué autonome qui ne réalise qu’un nombre limité de fonctions. En comparaison d’un Smartphone, un objet connecté sera dédié à une seule activité alors qu’un Smartphone peut se targuer de savoir tout faire (ou presque).

Le principe reste souvent le même : capter une information et la transmettre (vers un système centralisé ou un autre objet connecté).

L’idée n’est pas nouvelle et correspondait déjà à des besoins industriels bien particuliers (exemple des réseaux de capteurs Zigbee et Bluetooth dans les années 1990).

Ces systèmes s’appuient sur des technologies de transmission sans fil pour communiquer, comme le Wi-Fi, le Bluetooth et toutes les fréquences règlementées allant des radiofréquences aux micro-ondes. Au fil de la miniaturisation des semi-conducteurs, les fabricants ont intégré dans leurs systèmes des protocoles de communication de plus en plus complexe : Certains utilisent le réseau téléphonique (envois de messages textes), d’autres utilisent le Bluetooth ou le Wi-Fi, …

Avec un marché en plein essor, les objets connectés ont évolué vers un nouveau domaine : celui de l’IoT (Internet of Things). Derrière ce terme se cachent en réalité des objets connectés capables de se connecter directement à Internet et de communiquer de façon autonome.

Aujourd’hui les domaines d’applications sont très variés :

  • L’agriculture : pour contrôler l’état des sols, l’arrosage automatique, …
  • L’automobile : Kits main libre intégrés, accès internet en voiture, …
  • La domotique : systèmes de sécurité, accessibilité, …
  • La santé : assistances cardiaques, capteurs de mesure sous-cutanée, …
  • Les loisirs : innombrables gadgets pour smartphones, …

Et tant d’autres !

Qui sait jusqu’où on pourra pousser l’idée de connecter même les objets les plus simples du quotidien ? 

Kompaï, Roméo, Giraff : les robots arrivent à la maison

L’aide médicale ou l’assistance aux personnes âgées, handicapées ou plus largement, dépendantes, devient un enjeu économique majeur. Et c’est dans ce contexte que la robotique à domicile évolue. En effet, les services de soins traditionnels devenant de plus en plus coûteux, les systèmes d’aide à la personne viennent concurrencer ce marché, et de ce fait, la robotique, partie intégrante de ces systèmes.

D’aspect plus ou moins humanoïde, mais toujours d’allure sympathique, rassurante, bienveillante, 3 robots existent déjà : Kompaï, Roméo, Giraff. Présentons-les.

 

Giraff. Intégré dans un système global appelé GiraffPlus, Giraff est un robot mobile (sur roue) mesurant la taille d’un humain. Le système global est en fait un réseau de capteurs placés à divers endroits de la maison afin de surveiller l’état de santé des personnes leurs activités. Le robot permet d’assurer des fonctionnalités de proximité, comme par exemple, pour un médecin, faire une consultation à distance, sans besoin de se déplacer chez la personne, simplement en prenant le contrôle du robot. Ce réseau intelligent permet de collecter des données comme la pression artérielle, la température corporelle ou le poids afin de suivre l’activité du patient et son état de santé. Après traitement des données, le système sera capable de conseiller la personne de se reposer en cas de fatigue ou d’alerter famille et service médical en cas de problème.

Kompaï. Capable de se déplacer de façon autonome (sur roue), il peut aider les personnes à se lever, s’asseoir ou encore déambuler. Doté d’un système de reconnaissance faciale, capable d’interpréter des émotions, il permet de détecter un problème de santé et d’appeler automatiquement une plate-forme d’assistance médicale. En cas d’alerte, grâce à sa caméra embarquée, il pourra repérer la personne dans son appartement afin de permettre une surveillance à distance. Enfin, sa fonction d’assistance cognitive permettra de gérer l’agenda de la personne afin de lui rappeler ses prises de médicaments aussi bien que ses rendez-vous. Plate-forme multimédia intégrée, il servira de téléphone, pourra être utilisé pour de la visioconférence ou pour envoyer des mails.

Roméo. 1,40 mètres, 40 kilogrammes, capable d’ouvrir une porte, monter des escaliers ou encore attraper et porter des objets, voir en 3 dimensions et parler ; ce robot fait de fibre de carbone et de caoutchouc, monté sur des jambes, il est le plus humanoïdes des robots présentés ici. Mais l’objectif final reste le même : sécuriser les patients. En terme de fonctionnalité, comme ses concurrents, il est capable de détecter un problème de santé en interprétant les émotions, il est aussi capable de faire de l’assistance cognitive, peut être contrôler à distance pour faire de la surveillance. Mais en plus, le but avoué de ses concepteurs : qu’il soit capable de détecter et de relever une personne à terre.

 

Un autre avantage de ces robots : c’est l’assistance nocturne. En effet, d’après un expert, 80% des problèmes surviennent le nuit, et le robot d’assistance ne dort pas

U-need au BubbleBump !

Rien de tel que du sport pour réunir !

Comme chaque mois, le staff U-need organise un afterwork avec les collaborateurs.bumblebump_u-need

La plupart du temps basé sur le sport, personne ne refuse un agréable repas ensemble. Ce soir là, le Buffalo Grill fut le lieu de rencontre.

Amusement, bonne humeur et bonne entente étaient au rendez-vous !

On se dit au mois prochain, pour un autre afterwork des plus sympa.

Pour ceux qui veulent voir la performance de la « team U-need », ça se passe ici :